Numérique et démocratie

Le modèle européen de démocratie libérale n’est pas un fait acquis. Plusieurs défis s’annoncent et requièrent notre engagement. Le Professeur Mohammad-Mahmoud Ould Mohamedou, lors de son discours intitulé « Les Désenchantements de la Démocratie Post-Moderne »[i], faisait le constat de la double nécessité, d’une part de renforcer la robustesse de la démocratie, et d’autre part, de mieux communiquer son attractivité. 

Les récentes infractions à la protection des données et autres lois électorales nous ont rappelé que les mondes académique et politique se devaient d’explorer les répercussions potentielles des nouvelles technologies sur la société et les processus démocratiques. De tout temps des dirigeants politiques ont tenté d’obtenir des informations personnelles et confidentielles de leurs populations. Ce qui est aujourd’hui nouveau, c’est la concentration de ces données aux mains d’entreprises technologiques, sans réelle valeur humaniste et ne visant pas l’intérêt général. C’est aussi la rapidité de la collecte de ces données et leur accessibilité qui sont nouveaux. Un grand nombre d’entreprises de communication et de marketing politique utilisent par exemple les réseaux sociaux pour diffuser des messages, collecter et vendre des données personnelles d’utilisateurs, avec ou sans leur consentement.[ii]

Influence des Technologies Numériques

Aujourd’hui, de nombreux chercheurs et décideurs politiques se demandent si les démocraties libérales pourront survivre dans un monde où le virtuel et le réel s’entremêlent en permanence.[iii] Grâce aux données collectées, les technologies numériques permettent d’influencer la façon dont les individus pensent et forment leur opinion, ce qui est particulièrement inquiétant à une époque où les divisions actuelles de nos sociétés sont profondes. En novembre 2018, Joseph Stiglitz, Shirin Ebadi, Mario Vargas Llosa font partie des vingt-cinq personnalités qui appelaient à « établir des garanties démocratique » pour protéger la liberté d’opinion. 

Les technologies numériques sont en effet omniprésentes. Les plateformes de réseaux sociaux, les blogs et les sites web offrent la visibilité et l’audience dont certains ont toujours rêvé. Un large éventail d’acteurs, dont les citoyens, consomment, produisent et diffusent de l’information à la vitesse du Wi-Fi. Dans ce contexte d’abondance de l’information, il peut sembler évident de tirer la conclusion que les citoyens sont mieux informés qu’auparavant. Cependant, comme l’a montré Eli Pariser[iv], les technologies numériques ont tendance à isoler les citoyens dans des bulles de filtrage, et à ne donner accès qu’à des informations présélectionnées. 

Si les plateformes de réseaux sociaux sont progressivement devenues un défi pour la démocratie, l’intelligence artificielle (IA) a le potentiel d’être une menace encore plus dangereuse dans les années à venir[v]. D’autant plus que l’IA est principalement développée par un nombre restreint d’entreprises technologiques en toute opacité[vi]. Face à la question de la singularité technologique, quelle IA souhaitons-nous au sein des démocraties libérales ? C’est le message qui est au cœur de la “Charte de l’éthique de l’IA” de l’Union Européenne, qui préconise un développement de l’IA en accord avec les valeurs démocratiques européennes.

Émergence de mouvements sociaux

Alors que le modèle de démocratie libérale doit s’adapter à une nouvelle donne technologique, et à des acteurs étatiques et non-étatiques, interne et étrangers, qui luttent activement contre ce même modèle, de nombreux mouvements sociaux ont émergés cette dernière décennie pour réclamer davantage d’équité et de solidarité, et pousser les gouvernements à prendre des mesures contre le changement climatique. La société civile a en effet su utiliser les outils numériques pour s’organiser et gagner en visibilité. Le mouvement « FridaysforFuture » en est un exemple récent : la jeunesse prend la rue pour exprimer son inquiétude face à un futur incertain et à l’immobilité des états face à la question du climat. Mais précédemment « Los indignados », « Les Gilets Jaunes » ou encore « Occupy Wall Street » ont mis en lumière cette nouvelle manière de participer politiquement. Et ce, alors que la participation politique traditionnelle est en déclin dans un grand nombre de démocraties libérales.[vii]

Ce double mouvement, à la fois de mise en défi des processus démocratiques traditionnels (votes, référendum, élection) et de recrudescence de nouveaux mouvements sociaux, pose donc une question de gouvernance. Tout comme les défis posés par la généralisation du numérique. Quel modèle de démocratie sera suffisamment robuste et attractif pour perdurer au 21ème siècle ?


[i] Conférence organisée conjointement par le Centre Européen de la Culture et le CCDSEE le 21 novembre 2019 « discours intitulé « Les Désenchantements de la Démocratie Post-Moderne » 

[ii] Voir Chester,J. & Montgomery, K.C., 2017. The role of digital marketing in political campaigns. Internet Policy Review, 6(Issue 4), Internet Policy Review, 01 December 2017, 6-4; Gilens, M., 2014. Affluence and Influence: Economic Inequality and Political Power in America. Princeton, NJ: Princeton University Press; Koc-Michalska, K. & Lilleker, D., 2017. Digital Politics: Mobilization, Engagement, and Participation. Political Communication, 34(1), 1-5 ; O’Neil, C., 2016. Weapons of Math Destruction: How Big Data Increases Inequality and Threatens Democracy. New York: Crown Publishers; Veale, T. & Cook, M., 2018. Twitterbots: Making Machines that Make Meaning. Cambridge, MA: MIT Press; Wu, T. 2016. The Attention Merchants: The Epic Scramble to Get Inside Our Heads. New York, NY: Alfred A. Knopf ; Zuboff, S., 2019. The Age of Surveillance Capitalism: The Fight for a Human Future at the New Frontier of Power. New York, NY: PublicAffairs Publisher. 

[iii] Voir Birch, S., et al. 2013. Divided Democracy: Political Inequality in the UK and Why it Matters. London: IPPR; Harari, Y.N., 2017. Dataism Is Our New God. New Perspectives Quarterly, 34(2), 36-43; Margetts, H., 2019. Rethinking democracy with social media. Political Quarterly. 90, 107-123; Mounk, Y., 2018. The People vs. Democracy: Why Our Freedom Is in Danger and How to Save It. Cambridge, MA: Harvard University Press; Webb, A., 2019. The Big Nine: How the Tech Titans and Their Thinking Machines Could Warp Humanity. New York, NY: PublicAffairs. 

[iv] Voir Pariser, E., 2012. The filter bubble : how the new personalized web is changing what we read and how we think. New York, N.Y.: Penguin Books/Penguin Press. 

[v] Webb, A., 2019. OpCit.

[vi] Ford, M., 2018. Architects of Intelligence: The truth about AI from the people building it. Birmingham, UK: Packt Publishing; Lee, K-F., 2018. AI Superpowers: China, Silicon Valley, and the New World Order. Boston, MA: Houghton Mifflin Harcourt. 

[vii] Voir Parvin, Phil. 2017. Democracy, Capital, and the Rise of the New Inequality. Political Theory 45(6): 863–876. 

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s